Environnement, développement durable, cause animale... réussir les grandes transitions

“Notre ambition est claire : nous ferons le choix d’un modèle durable pour la Corse, qui valorise nos ressources, nos patrimoines et protège notre faune et notre flore.”

Nous sommes convaincus que les milieux qui nous entourent agissent quotidiennement sur notre santé : eau, air, qualité des aliments ou des sols, agents physiques, résidus de produits chimiques... C'est pourquoi la protection de notre environnement est placée au centre de nos priorités.


Les déchets : urgence à agir

Notre objectif premier est de mettre en œuvre une gestion efficace des déchets, axée sur l'amélioration du tri, une politique de traitement alternative au tout enfouissement, la valorisation énergétique des combustibles solides de récupération (CSR) et une baisse, à terme, de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM).

Il nous faut mettre fin à des années de blocage, orchestrées par des lobbies dont on ignore encore les véritables intentions. Des mois d’inertie et de confusion, qui se soldent par une crise chronique (transfert de balles sur le continent, blocage des CET saturés, etc…) et des solutions ignorées par l'Exécutif de Corse, au motif purement idéologique. Pourtant, plusieurs projets portés par des collectivités locales pourraient être accompagnés par la Collectivité de Corse, et ce, depuis plusieurs années.

Depuis plus de 6 ans, la Ville d'Ajaccio et la CAPA proposent à la Collectivité de Corse la création d’un Centre de tri et de valorisation des déchets.

Cette démarche, menée en partenariat avec les communautés de communes de l’Ornano, le Celavu-Prunelli et le Spelunca-Liamone, prévoit la création d'un équipement dimensionné pour accueillir les déchets résiduels et les collectes sélectives des 4 intercommunalités du grand bassin Ouest Corse, qui représentent le tiers de la population de la Corse et une centaine de communes. La CAPA a d’ores et déjà produit l’ensemble des études préalables à la réalisation de cet ouvrage. Le fonctionnement de cette installation permettra d’accompagner l’augmentation progressive des volumes de collecte sélective des matériaux recyclables, et favorisera le développement local de nouvelles filières. L’équipement permettra également d’assurer la stabilisation des déchets résiduels destinés au stockage en ISDND (Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux), afin d’en limiter les nuisances et le poids. Ce projet demeure toujours dans l’attente de la validation de la Collectivité de Corse. Il pourrait voir le jour sous 4 ans.


Le SYVADEC, le service public qui assure en le traitement et la valorisation des déchets ménagers de notre île, doit bénéficier de moyens renforcés pour que les Corses n'aient plus jamais à subir de tels épisodes d’insalubrité publique. Nos générations futures méritent que la Collectivité de Corse prenne enfin ses responsabilités.


Nos objectifs :

  • Travailler très activement à la réduction des tonnages de déchets résiduels ;

  • Mettre en œuvre de programme de prévention ;

  • Développer le tri à la source des biodéchets ;

  • Instaurer une tarification incitative ;

  • Intensifier la communication sur le geste de tri ;

  • Accélérer la construction de déchèteries et déployer massivement les déchèteries mobiles ;

  • Créer 2 centres de tri et valorisation et de valorisation des déchets, à Ajaccio et Monte, dimensionnés pour supporter une augmentation significative des performances de tri à l’horizon 2024. Ils sont conçus pour pouvoir s’adapter à la baisse progressive des déchets fermentescibles ou autres déchets recyclables dans les OMr. Une vigilance particulière sera accordée à l'estimation de nos besoins en traitement. Il serait très préjudiciable de constater, dès leur mise en service, un sous-dimensionnement qui aurait pour conséquence directe l’obligation d’enfouissement d’OMr non triées, avec un effet environnemental contraire à celui recherché.

La Collectivité de Corse, dans le cadre de ses missions et compétences, a notamment la charge de l’élaboration d'un plan régional de prévention et gestion des déchets. Le président de l’Exécutif et son équipe ont été incapables de proposer ce plan d’actions qui nous aurait permis de résoudre la crise récurrente du traitement de nos déchets.

Notre engagement : avant la fin de l’année 2021, un plan conforme aux directives de la “Loi sur la Transition Énergétique pour la croissance verte” sera proposé au vote de l’Assemblée de Corse.

Ce plan sera l’émanation d’un travail en commun mené par la Collectivité de Corse avec les territoires, en tenant compte des différences entre les deux pôles urbains et les zones rurales.


VIDEO Jean-François Mattei, maire de Monte et vice-président du territoire Marana-Golo, évoque son projet de création d’un Centre de tri et de valorisation des déchets sur sa commune :



Transports

Ferroviaire

Après avoir réalisé un état des lieux de l’avancement du "Schéma d’investissement ferroviaire 2013-2022", il nous apparaît urgent de passer des constats et des vœux à une mise en œuvre concrète des orientations partagées par tous :

  • Développer le réseau et réaliser, en priorité, l’extension sur la côte orientale ;

  • Assurer la transition énergétique de la flotte et des matériels ;

  • Déployer les transports périurbains par le tram-train, en partenariat avec les villes et les communautés d’agglomération.


Maritime

Dans le domaine maritime, il est urgent d’électrifier nos ports afin de permettre aux navires de se brancher à quai.

En effet, quand les bateaux sont à quais dans nos centres-villes, ils consomment de l’énergie pour leurs opérations de vie à bord et de maintenance, et émettent des fumées très polluantes, qui dégradent considérablement la qualité de notre air. La Collectivité de Corse doit accompagner la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) dans la construction de ces branchements électriques à quai, dans tous les ports concernés par cet enjeu de santé publique.


Mobilités

Nous inciterons fortement les intercommunalités au développement de pistes cyclables et de voies douces.



L’Eau

Nos objectifs :

  • Assurer une meilleure gestion de nos ressources en eau, en élargissant les missions de l’Office d'Equipement Hydraulique de Corse (OEHC) à la mer et aux eaux souterraines (notamment la masse d’eau conséquente située entre Bastia et Solenzara) et en rehaussant les barrages et retenues existants. Ce qui revient à renoncer à la concrétisation du barrage d’Olivese sur le Taravu, aux capacités démesurées, prévu dans le protocole conclu avec EDF en 1987 et réalisé à ce jour aux ¾ (Prunelli, Fiumorbu, Rizzanese). C’est un parti pris environnemental à combiner avec la généralisation des Stations de Transfert d’Énergie par Pompage (STEP), afin d’optimiser l’eau des barrages et de produire de l’énergie. Équipées de panneaux photovoltaïques, ces STEPs permettraient de transférer l’eau en amont, afin qu’elle soit de nouveau turbinée et que la part d’énergies renouvelables dans le mixte énergétique se trouve augmentée ;

  • L’intégration dans le plan “Acqua Nostra” d’un maillage de retenues collinaires au dessus de 500 mètres ;

  • La lutte contre le gaspillage de la ressource par l’amélioration du rendement des réseaux ;

  • L’accompagnement des communes et intercommunalités dans la mise aux normes de leurs réseaux et infrastructures d’eau potable, en lien avec l’Agence de l’Eau.



Protection du littoral

Des priorités :

  • Renforcer la préservation du linéaire côtier, en augmentant de 50% le stock foncier du Conservatoire du Littoral, pour passer de 20 000 hectares (23%) à 30 000 hectares (35%) en dix années ;

  • En ce qui concerne les “Grands Sites” et réserves naturelles, qui bénéficient d’une attractivité particulière : leur équilibre est fragile. Nous nous engageons à une vigilance accrue et une gestion active de ces espaces (préservation, restauration, maîtrise de leur fréquentation, surveillance soutenue de la qualité des eaux…) ;

  • De manière générale, nous mobiliserons toutes les compétences de la Collectivité de Corse, en concertation avec les associations, afin de protéger et de gérer efficacement les espaces naturels, les espèces qui y vivent, ainsi que les cycles naturels des éléments. Nous lutterons contre la destruction et la fragmentation des écosystèmes, qui sont les premières causes d’érosion de notre biodiversité, par la régulation des activités exercées en mer et sur le littoral. Une vigilance particulière sera accordée sur les nuisances sonores des bateaux et la protection des herbes de posidonie.



L'énergie

La Corse dispose d’une PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie) depuis 2015 : elle est actuellement en cours de révision.

Globalement, nous sommes favorables à la poursuite des objectifs annoncés :

  • Amélioration de l’efficacité énergétique ;

  • Développement des énergies renouvelables thermiques ;

  • Augmentation de la production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables garanties et intermittentes ;

  • Sécurisation l’alimentation énergétique de la Corse.

Néanmoins, et dans un premier temps, un bilan devra être établi, afin de comparer les objectifs annoncés pour la période 2013/2023 et les opérations réalisées à ce jour.

Des budgets très ambitieux avaient été annoncés :

  • 960 millions d’euros pour la rénovation du bâti ;

  • 472 millions d'euros pour un plan EnR (Énergies Renouvelables) ;

  • 1,475 milliards d'euros d’investissement dans les infrastructures et réseaux ;

  • 205 millions d'euros dédiés aux transports et à la mobilité durables ;

  • la création de 5 000 emplois pérennes et 3 500 emplois non-permanents.

Nous savons déjà que nous serons loin du compte...

Dans ce domaine, comme dans d’autres, il faut opérer un changement de méthode radical : une volonté affichée, un état d'esprit constructif, et l’obligation d’un échange clair avec l’État, afin d’aboutir à des solutions réalistes et efficaces.

La nouvelle centrale du Ricanto doit être construite et cesser de fonctionner au fioul dans les délais les plus brefs. Sa source d’approvisionnement doit être décidée et sécurisée, comme l'État s'y était engagé.


Faire le pari de filières éco durables

Nous souhaitons également accompagner financièrement le développement des trois filières suivantes :

  • le thermalisme ;

  • le bois construction ;

  • l’exploitation du liège ;

par l’établissement de partenariats expérimentaux avec les interprofessions.



Les virage vert des entreprises

La sensibilisation à la pollution et à ses effets sur l'environnement pousse les professionnels à réévaluer leurs pratiques. De nombreux chefs d'entreprises ont déjà opéré des changements en interne pour limiter leur impact environnemental, mais cela exige des ressources financières et une expertise particulière.

Pour cela, nous proposons d'accélérer la transition énergétique des entreprises :

  • en les accompagnant dans leur démarches RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) : aide au diagnostic, méthodologie et gain de temps, recherches de financements... ;

  • par la création d'un guichet unique à la Collectivité de Corse ;

  • en les soutenant financièrement et de faciliter leur adaptation aux nouvelles règlementations environnementales.



Cause animale

Droit animal

  • Attribuer une délégation condition/protection animale à un(e) conseiller(e) territoriale, inclure la protection animale dans la politique de la Région et prévoir une ligne budgétaire dédiée ;

  • Mener des actions de sensibilisation à l’éthique animale auprès du grand public, dans les lycées et autres établissements liés à la Région, etc.


Élevage et agroécologie

  • Adopter à l'Assemblée de Corse un vœu demandant un moratoire et une sortie nationale de l'élevage intensif (élevages privant les animaux terrestres d’accès au plein air) ;

  • Confier à un/une élu(e) de l'Assemblée de Corse une mission d’état des lieux de la situation des élevages et des abattoirs sur le territoire régional et le rendre public ;

  • Proposer, le plus régulièrement possible, des menus végétariens ou végétaliens pour les réceptions officielles de la Région ;

  • Orienter significativement les aides de la Région et tout autre levier pertinent en faveur d’une sortie régionale de l’élevage intensif (élevages privant les animaux terrestres d’accès au plein air) ;

  • Structurer les filières agricoles végétales par le soutien à la diversification des cultures et notamment aux légumineuses ;

  • Favoriser l’augmentation de la population agricole par une aide à l’installation dans les filières végétales des jeunes agriculteurs et agricultrices ;

  • Lutter contre l’artificialisation des sols au profit des pratiques agroécologiques et végétales ;

  • Accompagner un développement ambitieux des plateformes de compostage ainsi que des filières de vente de compost pour les terres agricoles.


Inciter les lycées et administrations à :

  • Intégrer le « bien-être animal » dans les critères d’attribution des marchés publics en matière de cantines scolaires et de restauration collective ;

  • Exclure de la commande publique l’ensemble des produits animaux issus de l’élevage intensif ;

  • Exclure de la commande publique l'ensemble des produits provenant ou susceptibles de provenir d'abattages avec « étourdissement » au CO2 des cochons, suspension des « volailles » conscientes ou d’abattages sans « étourdissement » ;

  • Inciter les lycées et administrations à instaurer dans les cantines scolaires et de la restauration collective :

  1. Des journées végétariennes ou végétaliennes plusieurs fois par an ;

  2. Une option végétarienne ou végétalienne, le plus régulièrement possible.

  • Développer une offre de formation professionnelle en agriculture végétale ;

  • Mener des actions de sensibilisation auprès des restaurateurs et du grand public pour encourager et accompagner un développement significatif de l’offre végétarienne ou végétalienne.


Chasse

  • Adopter à l'Assemblée de Corse un vœu demandant une interdiction nationale de la vénerie sous terre ;

  • Soutenir par des subventions, des aides indirectes et des communications les organisations et structures de protection des animaux sauvages (sanctuaires, refuges, etc.) ;

  • Créer des zones sans chasse et sans pêche dans les réserves et parcs naturels régionaux.


Cirques/Zoo

  • Adopter à l'Assemblée de Corse un vœu demandant une interdiction nationale des spectacles d’animaux sauvages ;

  • Ne pas soutenir par des subventions, des aides indirectes ou des communications les organisations et évènements impliquant des spectacles d’animaux sauvages.


Animaux de compagnie

  • Financer un partenariat avec l’Ordre régional des vétérinaires pour la mise en place d’un réseau à vocation sociale de « Vétérinaires pour tous » ;

  • Intégrer la protection animale aux critères d'éligibilité des budgets participatifs de la Région.


Expérimentation animale

  • Inciter les lycées et administrations à tendre vers une commande publique « 100 % produits non testés sur les animaux » ;

  • Initier des appels à projets visant à remplacer les animaux dans les procédures expérimentales.


Nos engagements sont à retrouver signés dans les Chartes de l'Association végétarienne de France, en partenariat avec le Réseau Action Climat et l’association de défense des animaux L214 .

644 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout